L’agile, un remède contre l’incertitude en entreprise ?

Dans le cadre du lancement d’une démarche globale d’innovation, Lincoln a souhaité offrir à l’ensemble de ses collaborateurs (150 collaborateurs) un temps d’acculturation sur la méthode agile et ainsi :

  • entretenir l’envie d’innover et penser différemment
  • développer la culture et le mindset de l’agile au sein des équipes
  • partager les valeurs qui font le succès de l’agile
  • créer un socle commun de vocabulaire sur l’agilité

Dans ce contexte, Lincoln a demandé à Spring Lab d’organiser deux Masterclass découpée chacune en 4 temps forts avec pour objectif d’acculturer les collaborateurs sur la question de l’agile sur un format 100% digital et interactif. Matthieu Beaurain, Président et Associé de Lincoln HR Group, nous raconte…

Matthieu, pouvez-vous nous rappeler quel est le métier de Lincoln ?

Nous sommes un cabinet de conseil en talent management. Notre métier c’est à la fois l’acquisition et le développement de talents.

Nous intervenons aussi pour aider le talent à préparer sa prochaine étape de vie et à sortir de l’entreprise pour évoluer vers autre chose. C’est ce que nous appelons “My Journey” c’est-à-dire le développement de l’employabilité externe, subie ou voulue.

Quelle est votre fonction et votre mission au sein de Lincoln ?

Je suis président de Lincoln et je co-dirige plus particulièrement opérationnellement l’Asie.

Mes responsabilités sont de co-construire la stratégie avec mes associés et de m’assurer que cette stratégie soit exécutée.

Quelles sont vos convictions en matière d’innovation et quelle est la place de l’agile ?

L’externalisation du recrutement n’est pas un métier très vieux. Et le Talent Management est un métier qui est amené à évoluer considérablement. La vraie valeur de notre profession c’est de pouvoir le faire différemment et d’apporter toujours une meilleure expérience.

Comment ? En imaginant de nouveaux modèles de fonctionnement, de leadership, de management et former à ces méthodes.

Pour le conseil en recrutement, la vraie innovation c’est de modifier le cap de notre relation historiquement transactionnelle avec un candidat ou une entreprise.

Nous avons aussi de l’innovation défensive. La technologie et les ruptures technologiques de ces dernières années peuvent faire naître des concurrents qui vont complètement modifier la façon de faire dans nos métiers.

Quel a été l’impact du COVID ?

Pour moi, le COVID est un accélérateur, un vrai déclencheur de changement dans la relation au travail.

Je pense que le COVID va accélérer la société post salariale dont on parle depuis quelques années ou qu’en tous cas il va amener une autre relation à la subordination. J’espère que le bon côté du COVID va accélérer l’accès à la liberté des talents.

Quelle est la place de l’agile dans ces réflexions ?

Nous avons identifié deux aspects que nous devons traiter en priorité : la complexité et l’incertitude. Nous sommes dans des environnements qui sont d’une complexité inouïe avec une véritable incertitude qui ne date pas du COVID, elle est bien antérieure.

L’agile est un vrai moyen pour résoudre ces aspects en

  • tentant des expériences à son échelle,
  • s’adaptant à chaque situation,
  • en découpant la complexité et procédant par étape,
  • rassemblant les collaborateurs autour de projets qui font sens.

L’agile va également être très important en management dans la mesure où cela impose une exigence forte d’empowerment, de donner le contrôle et le pilotage à tous dans des structures plus plates et plus mobiles avec des équipes qui se forment sur des projets qui sortent des silos verticaux.

Même s’il y a un Product Owner, même s’il y a un Scrum Master, l’objectif est de faire participer tout le monde afin de créer ensemble une nouvelle culture de management plus engageante.

Et chez Lincoln vous en êtes-où sur ces sujets ?

C’est une culture d’entreprise où la très grande partie de l’équipe est dans un rôle de conduite autonome de ses missions de conseil. Chacun gère son P&L. Nous avons eu un vrai déclic sur cette Masterclass, celui de trouver un moyen commun de sortir de chaque silo que forme un consultant et qui est propre à l’exercice de la profession, mais qui n’est pas propre à Lincoln.

Le deuxième sujet était le fait que les équipes commencent à être plus conséquentes. Naturellement, comme toute organisation, il y a une tendance à la bureaucratisation, à s’enfermer dans des habitudes. La bascule initiée par la Masterclass vers ce mode de fonctionnement doit être un déclic pour casser ces couches de bureaucratie qui se sont ajoutées au fur et à mesure du temps.

Quels sont vos grands enjeux pour l’année à venir ?

Notre priorité stratégique est de transformer nos consultants en recrutement en agent de talents et modifier la relation avec ces derniers pour entrer dans une relation quasi-exclusive.

Nous souhaitons être leurs représentants tout au long de leurs voyages professionnels. Il y a un énorme travail de montée en compétence de tous nos consultants car chacun doit devenir un vrai spécialiste de notre écosystème avec une conduite de la relation qui s’approche davantage de celle d’un coach. A terme, nous devrons penser à de nouveaux modèles de facturation et de rémunération.

Le deuxième enjeu qui est au service du premier, est la transformation digitale. Ce n’est pas ce qui va donner de la valeur, car cela reste le contact humain mais le digital va nous aider à être plus productif, à faciliter la logistique avec nos talents, à donner accès à un tas de services.

À quel niveau voyez-vous le plus d’évolution dans votre activité ?

Il y a un énorme besoin de sens et de variété dans sa fonction. La période actuelle génère beaucoup d’incertitudes et augmente donc le risque de repli sur soi. La tendance en France est le retour en arrière, le repli sur soi. Ceux qui sont le plus haut dans la pyramide ont besoin d’ouvrir et d’éclater la fonction. Ils ont besoin de vision 360 autour de ces talents.

Après il y a bien sûr un besoin croissant d’autonomie et d’indépendance, voire de non-subordination. Quand tout le monde aura été beaucoup plus en télétravail, la frontière entre le salariat et l’indépendance va être plus poreuse. On se dira : “si je bosse de chez moi, pourquoi je ne pourrais pas être multi-entreprises et indépendant ?” Le sujet va être de garder du lien commun dans une entreprise. L’entreprise pourrait devenir une plateforme d’accueil d’indépendants, qui sait ?

Pourquoi avez-vous fait appel à Spring Lab ? Quelles étaient vos attentes et besoins ?

Je savais que vous étiez reconnu.es pour votre excellence et pour la qualité de votre prestation. Avant d’être des spécialistes de la formation en mode agile, vous êtes des spécialistes de l’innovation. Et le mode agile est au service de l’innovation.

Votre vrai savoir-faire c’est d’être déclencheur d’innovations et d’embarquer les entreprises vers l’innovation. Nous ne cherchions pas des professionnels de la formation mais des professionnels de l’innovation.

Quel constat avez-vous eu pour vous dire que vous aviez besoin de formation sur l’agile ?

Basiquement sur la conduite de projets, nous n’avions peu ou pas de compétences en gestion et management de projets.

Ensuite, nous nous sommes confrontés aux freins d’une entreprise qui grandit, qui a tendance à se paralyser dans une forme de bureaucratisation et qui de manière inhérente à notre métier a autant de silos que de consultants.

Concernant l’innovation, nous avons essayé beaucoup de choses : des cellules, des groupes, des projets, des box innovations… mais l’innovation restait toujours le sujet de quelques personnes isolées. La Masterclass a permis d’embarquer toute l’entreprise en deux semaines et de créer un langage commun. Une des clés de réussite c’est que tout le monde a été impliqué.

Quel bilan faites-vous de ce format 100% digitalisé en grand nombre ?

Le bilan est extra. J’étais sceptique au départ sur le découpage des sessions. Et en réalité, ça n’aurait pas pu être autrement. Ce fonctionnement est super car vous êtes formé sur toute la semaine, comme si vous embarquiez pour un voyage.

Mon petit regret est qu’il aurait fallu insister sur la pédagogie en amont, pour bien faire le lien et raccrocher avec toute la stratégie de l’entreprise et l’environnement. Mais ce n’est pas lié à Spring Lab, c’est lié à Lincoln.

Qu’avez vous pensé de l’interactivité générée avec les outils digitaux ?

C’était super car ça casse le rythme, cela permet de faire participer la grande majorité des participants en 2 heures. L’interactivité est super importante, notamment pour la mémorisation ! Et tout le monde a joué le jeu, je pense que c’était essentiel qu’il y ait cet élément ludique et interactif.

Qu’est ce qui a été le plus éclairant pour vous ?

L’adhésion générale, pas absolue, mais l’adhésion d’un grand nombre à cette méthodologie et l’envie d’aller plus loin.

Ce que j’en retiens c’est que si l’on crée l’envie chez la plupart tout de suite, on crée un potentiel d’énergie pour la suite. L’énorme responsabilité est de continuer à la faire vivre.

Quels ont été les atouts de l’équipe Spring Lab ?

  • La qualité de votre intervention, l’énergie et la qualité d’Héloïse et Solène, vous vous renvoyez bien la balle, être en pair c’est important quand il y autant de monde (NDLR : 150 collaborateurs formés en 2 sessions).
  • La construction et la progressivité du programme.
  • L’interactivité du tchat qui vit bien. C’était super vivant !
  • L’interactivité avec klaxoon c’était très bien !

La masterclass en 3 mots clés ?

Eveil- Énergisant- Interpellant

Vous et vos équipes, aimeriez aussi vous former à la méthode agile ?

🔎 Pourquoi ?

  • Découvrir les fondamentaux de l’Agile de manière simplifiée et vulgarisée
  • Découvrir les valeurs et le mindset de la méthode
  • S’approprier les rituels et comprendre comment les mettre en oeuvre
  • Prendre en main les quelques outils clés
  • Comprendre à quels types de projets s’applique la méthode
  • Apprendre à gérer vos projets avec la méthode agile à la manière d’une start-up dans un environnement complexe

💻 Réussir le pari d’une formation 100% digitale engageante !

Pour réussir une formation à distance, l’erreur serait de penser qu’il suffit de digitaliser les contenus.

Forts d’une longue expérience dans la digitalisation d’événements, de séminaires, de conventions, de sessions d’intelligence collective et de formations, voici les facteurs clés de succès que nous retenons chez Spring Lab pour réussir ces formats à distance :

Less is more : Accepter de ne pas tout dire et tout faire et privilégier des séquences plus courtes pour permettre de maintenir l’engagement et favoriser l’ancrage pédagogique

La convivialité même digitale : Préserver et même démultiplier les temps ludiques et informels (ice breakers, quizz, pastilles d’inspiration) pour maintenir l’attention et l’énergie

L’informatique est votre meilleur ami : Ne vous y trompez pas, les outils marchent ! L’effort à fournir est dans l’accompagnement des apprenants dans l’utilisation des outils !

L’aventure vous intéresse ? Contactez-nous sur hello@spring-lab.com !

Agence de conseil en stratégie d'innovation et de transformation

Agence de conseil en stratégie d'innovation et de transformation